Performance SALLE D'EAU - New York - Juin 2007 (1)

Bloc. Tu es un bloc. Là, dans l’angle. Et en tant que bloc, tu ne peux que négocier difficilement. Il t’est difficile de négocier un déplacement par exemple, surtout les déplacements en courbe. Parce que tu es un bloc et qu’un bloc ne se déplace pas aisément. Mais pourtant tu veux négocier. Tu cherches la négociation. Cette négociation qui peut te permettre de quitter les parois, la verticalité des murs. Et tu sais que négocier, c’est savoir vendre. De toute bonne négociation découle une bonne vente. Alors, comme tu es un bloc, tu te découpes. Tu te découpes en part. C’est ce qu’on appelle des parts de marché. Et d’un bloc unique, tu deviens multiple, tu te démultiplies en part. Il est plus facile de négocier des parts qu’un gros bloc. Alors en avant pour la négociation. Tu calcules le prix coûtant de chaque part et tu évalues son prix de vente. Tu peux alors te déplacer plus vite, de part en part, puisque tu es devenu parts multiples. Tu décolles des parois, tu sors de ton angle. Tu n’es plus bloc, penses-tu. Oui. C’est bien cela, tu n’es plus bloc. Tu es part, tu es des parts à négocier. Et tu te négocies vite, très vite en tant que part, tu te vends à toute vitesse, le marché s’affole, tu pars plus vite que tu ne pensais, tes parts s’envolent, les prix grimpent et bientôt tu n’as plus que deux parts et tu te dis, la négociation a réussi ! J’ai su négocier, j’ai su vendre mes parts. Elles se sont presque toutes envolées, elles ont disparues, vendues. C’est cela la vente, de la disparition, de l’envol. La vente c’est de la pure disparition. Et que vas-tu faire de tes deux dernières parts, vas-tu les vendre ? Oui, au moins une, une dernière. Tu ne peux résister à la vendre, et puis tu en garderas une, juste une, une part entière. Ta dernière part, celle qui te tient, avec qui tu fais bloc. Cette part-là, tu hésites, mais non, elle reste là, bloc de toi. Et tu es un bloc. A nouveau, tu es un bloc, là dans l’angle. Et en tant que bloc, tu ne peux que négocier difficilement.

Danse-choregraphie : Olivier Gabrys -

Texte : Virginie Poitrasson - Video-actrice : Alice Robert


Aucun commentaire: