Un article élogieux de Marta Krol sur notre traduction de Première Figure de Michaël Palmer

Article à lire dans le numéro 128 du Matricule des Anges
sur Première Figure de Michaël Palmer
(traduction Virginie Poitrasson et Éric Suchère)
paru aux éditions José Corti

Il faut toujours garder en tête une formule magique - sortie début 2012

Quand l’écriture essaie à la fois d’être évènement, retranscription, décryptage et réflexion.

En travaillant avec des bribes d’enfance, des amorces de contes, des figures féminines traversantes, des clichés désamorcés, des strates de fables contemporaines j'ai construit un livre aux structures narratives polymorphes qui interrogent et requestionnent notre subjectivité.

Ce sont ces couches de texte où la formule magique - formule toujours informulée - est ce qui fait lien entre chaque page. Cette formule se déploie entre les signes, dans l’interstice des phrases, naît et se forme dans l’entre-deux du texte. Elle est ce lien puissant tout à la fois de violence et de douceur qui nous anime et nous rattachent les uns aux autres.

Sortie du numéro 9/10 de Nioques avec un extrait inédit


Avec un extrait inédit de Il faut toujours garder en tête une formule magique (sortie prévue début 2012 aux éditions de l'Attente! )
"On pourra lire aussi un texte percutant de Virginie Poitrasson intitulé " Patch " (!), en mode " publicitaire " sur la régulation ou le contrôle des corps (...)"

A se procurer dans toutes les bonnes librairies

extrait de Vraisemblance du perméable

Il y a ces noms qui occupent leurs propres espaces alentour du mien. J’aime les employer un par un dans un premier aménagement de la surface. Je les souhaite toujours réguliers et fiables. C’est bien rarement le cas : ils m’interrompent, s’absentent ou se transforment en cours de route.


Chaque minute est un regard. Cette sorte de regard qui conduit vers un nouveau point toujours à distance et qui mesure son mouvement par la disparition du précédent.L’un et l’autre sont d’égale importance. Et puis la digression joue à l’alentour son rôle. Un cillement, quelques battements, fixer, et la paupière qui se dépose.



Vraisemblance du perméable - livre d'artiste avec Gabriele Chiari



Présentation du livre de Gabriele Chiari, Vraisemblance du perméable,
avec une lecture de Virginie Poitrasson
DIMANCHE 18 SEPTEMBRE à 17h
à la galerie Bernard Jordan
77, rue Charlot,75003 Paris

Bulletin de souscription disponible sur demande à: éditionsmeridianes@gmail.com

26.06.11 - Lecture avec Michael palmer





26.06.11 - Lecture avec Michael palmer

Invitation de Double Change dans le cadre des rencontres I THINK,

à la galerie Poggi & Bertoux associés et Objet de production


Extrait- Première Figure - Michaël Palmer

Très cher lecteur
Il peignit la montagne maintes et maintes fois
de là où il était dans la grotte, bouche bée
devant la lumière, son absence, le crâne
recouvert aux creux de teinte bleu, comme
un oiseau troglodyte arrachant des baies du feu
ses cheveux enflammés et ainsi de suite
de la citronnelle dans un verre de café transparent.
Très cher lecteur il y avait des arbres
faits de fil de fer, de larges entrées
sous les balcons sous les flèches
tête juvénile viens te reposer dans la prairie
au bord du sentier de gravier, corps
immobile de liquide laiteux
ses cheveux enflammés et ainsi de suite
couloirs successifs, tapis fleuris et portes
ou la photographie de rien sinon des pigeons
et des quiscales à l’ombre d’une fontaine.

Vient de paraître aux éditions José Corti


PREMIÈRE FIGURE de Michaël Palmer, traduit par Virginie Poitrasson et Éric Suchère


Le poète Michael Palmer est né à New York en 1943. Il vit actuellement à San Francisco.

Il est l’auteur d’une vingtaine de livres dont une quinzaine de poésie. Il a reçu le prix Wallace Stevens en 2006, une des plus importantes récompenses, pour la totalité d’une oeuvre. Son influence est très grande aux États-Unis. En France, plusieurs de ses livres ont été traduits dont Sun (aux éditions P.O.L.) et Notes for Echo Lake (aux éditions Spectres Familiers). On pourrait dire que son oeuvre explore la nature des relations entre le langage et la perception. Sa poésie, bien que semblant abstraite – puisque partant du langage – est en fait profondément lyrique. Première figure date de 1984 et fait partie d’une trilogie qui comprend justement Notes pour Echo Lake (1981) et Sun (1988). Cette trilogie peut-être considérée comme le chef d’oeuvre de Palmer et la traduction du volet central manquait donc au lecteur français.

Michaël Palmer est l’un de nos plus grands poètes au summum de sa puissance. Il parvient à rassembler et à unifier des tendances qui ont divisé les poètes en factions rivales… Dans ces poèmes, il semble qu’on soit emporté aussi aisément que dans un rêve.
Rosemarie Waldrop, New York Times book Review.

Michaël Palmer est assurément l’un des plus purs poètes parmi les jeunes poètes américains en activité aujourd’hui.
Lee Bartlett, American Book Review.



Du 20 janvier au 10 février à la Médiathèque du Grand Cahors, 8 rencontres avec des écrivains, journalistes, chercheurs

Jeudi 10 février, 18h30 : Mieux vaut un bon téléfilm qu’un roman moyen
Lectures, performances avec V.Poitrasson, E. Jacquet et V. Pittolo

Présentation de la collection Beautés par Camille Saint-Jacques et Éric Suchère suivie d’une lecture de Virginie Poitrasson


Présentation de la collection Beautés
par Camille Saint-Jacques et Éric Suchère
suivie d’une lecture de Virginie Poitrasson
Librairie Le Comptoir des mots
jeudi 20 janvier - 20h (Gambetta, Paris 20ème)